Coordonnées

Sandrine Marfisi
Domaine l'Asprellu
Résidence du Menhir
20253 Patrimonio
+33(0)6 24 31 62 33
Une agriculture durable

Une agriculture durable

Nous n’utilisons aucun désherbant sur aucun de nos arbres, ni nulle part sur le domaine. Nous maintenons l’enherbement entre les arbres et inter-rangs, nous ne labourons pas pour limiter l’érosion, nous utilisons l’irrigation au goutte à goutte sur tous nos arbres plantés pour éviter de gaspiller notre ressource en eau.


Notre implication dans la mise en place de méthodes durables & artisanales s’étend du verger à la bouteille.
Vient ensuite le temps de la mise en bouteille, que nous effectuons au plus près de la commercialisation, dans des bouteilles foncées afin garantir à nos clients une conservation optimale en minimisant les effets négatifs de l’oxydation de l’huile d’olive, par la lumière.
L’étiquetage est manuel et toujours soigné : c’est notre touche finale, le plus bel écrin que nous puissions offrir à notre huile d’olive vierge extra l’Aliva Marina avant de vous la livrer!
Floraison des oliviers en mai Floraison & nouaison : Les olives de variété Germaine majoritaires sur notre Domaine, commencent leur floraison entre Avril et Mai chaque année, bénéficiant d’un printemps précoce et de la douceur de l’air marin du Golfe de Saint-Florent. La pollinisation débute en Mai, mois au cours duquel apparaissent aussi les premières petites olives (c’est la nouaison). L’olivier possède cette particularité d’avoir une belle floraison abondante, mais beaucoup de fleurs ou de petites olives n’arriveront jamais à terme ; et finalement en tant qu’oléicultrice prudente, je dois attendre Juin pour estimer ma récolte. Dans notre région et sur nos terrains situés si près de la mer, le plus grand ennemi à cette période est le vent violent qui souffle parfois en tempête! Si tout se passe bien cependant, les fruits grossissent jusqu’en octobre ; ils ont alors atteint leur calibre définitif et murissent jusqu’à la récolte.
Irrigation : seuls les arbres plantés sont irrigués grâce à des forages; les arbres greffés, dont le tronc a déjà une vingtaine d’années, sont menés « en sec ». Nos vergers d’oliviers sont dans l’ensemble modérément irrigués, même pendant la période d’été, respectant en cela la physiologie de l’olivier et sa capacité naturelle à résister à la sècheresse. Chaque arbre est équipé d’un système d’irrigation en « goutte à goutte » entièrement enterré, pour réduire l’évaporation, faciliter l’entretien mécanique et manuel du sol (pas de désherbant), mais aussi éviter les attaques des tuyaux par les animaux du maquis à la recherche d’une eau rare en été. Nous irriguons, en général de mai à septembre, en tenant toujours compte des conditions climatiques (pluviométrie, t°..). Nous n’utilisons pas de système par aspersion pour éviter de gaspiller une eau précieuse et d’autant plus rare dans notre région que nous sommes à la lisière du « Désert » (des Agriates) !

Taille : chaque année, nos oliviers sont taillés à la main de façon à laisser le soleil et l’air assainissant des brises marines circuler dans la frondaison.

Fertilisation : nous laissons les déchets de taille sur les terrains pour y amener une première fertilisation « naturelle ». D’une manière générale, les apports d’engrais que nous faisons chaque printemps (aucune fertilisation automnale) - dès février, car c’est l’une des particularités de la région du Nebbiu : les printemps sont précoces - sont appropriés en quantité et fractionnés jusqu’à 3 fois, pour faciliter l’absorption par les arbres. Enfin, nous utilisons des engrais organiques autant que faire se peut.

Désherbage : nous n’utilisons aucun désherbant dans nos vergers, nous avons choisi de pratiquer un entretien du sol, entièrement mécanique ou manuel y compris dans le rang, et utilisons le paillage. Le gyrobroyage est effectué jusqu’à 4 fois dans la saison et le binage manuel au pied des arbres plantés, 2 à 3 fois. C’est un choix difficile : ce système demande de la main d’œuvre et est fatalement plus coûteux que l’utilisation d’herbicides appliqués mécaniquement. Seulement nous, au Domaine l’Asprellu, pensons que cela contribue à préserver l’environnement de notre exploitation.
Récolte à la main Récolte : la récolte intervient entre fin octobre et mi janvier. Nous laissons les olives murir pour réduire l’amertume et le piquant et produire ainsi une huile accessible au plus grand nombre d’amateurs ; de plus, nous cueillons nos fruits noirs pour obtenir une huile d’olive douce, dans le respect du cahier des charges de l’AOC Huile d’Olive de Corse « Oliu di Corsica ». Notre micro-climat nous permet, en effet, de laisser la récolte murir au maximum sans craindre le gel ou la neige.
Mais, comme nous choisissons de cueillir nos olives sur les arbres, avant leur chute naturelle, nous conservons la possibilité d’obtenir des arômes végétaux et une touche "poivrée" dans notre produit final, qui nous plaisent avant tout, et qui lui donnent son originalité par rapport à d’autres huiles d’olive de Corse.
Récolte avec peigne et filets Nous avons toujours récolté manuellement, mais au fur et à mesure que notre production augmente, nous nous aidons d’un peigne électrique qui permet de cueillir 80% des fruits et finissons à la main. Cette méthode alliée à l’utilisation de filets sous les arbres, nous permet d’augmenter notre capacité de récolte journalière, avec la même équipe, en préservant les fruits et les oliviers. Nous n’utilisons pas de vibreur de tronc ou tout autre système, car nous tenons à minimiser les effets négatifs sur les racines, les branches et les olives.
Arrivée des olives noires au moulin Trituration au moulin par petits lots artisanaux : nous produisons notre huile par petits lots et nous apportons à chacun une attention particulière, afin de maximiser la qualité et les arômes de l’ensemble de notre production. Aussitôt après leur cueillette, nous les pressons à froid dans notre propre moulin directement sur la propriété: la rapidité de traitement des fruits est l’une des clés pour obtenir une huile d’olive vierge extra de qualité, conservant toutes ses qualités nutritionnelles & organoleptiques, ses arômes, sa complexité et son caractère.
Nous sommes fiers de nos fruits, ils nous récompensent du travail accompli en amont: notre rendement moyen se situe entre 18 & 24% (il faut donc 4 à 5 kilos d’olives pour faire un litre d’huile) ce qui est l’un des meilleurs rendements pour la variété Germaine.
Cuve inox pour le stockage Stockage & mise en bouteille : après le passage au moulin, nous transportons notre huile dans des bidons en inox et la stockons en cave tempérée (env. 18°) dans des cuves inox à fonds coniques où elle décante lentement ; les particules solides résiduelles vont, durant un mois environ, descendre au fond de la cuve. Nous transvasons alors notre huile dans une cuve propre, jusqu’à la mise en bouteille. Notre huile d’olive l’Aliva Marina n’est donc pas filtrée : elle résulte d’une décantation naturelle, ce qui lui donne cet aspect un peu trouble, mais qui permet de conserver toute la puissance de ses arômes.
Un petit dépôt au fond d’une bouteille d’huile d’olive l’Aliva Marina, non filtrée, est donc possible et normal, il n’altère en rien la qualité et le goût de notre produit, bien au contraire.